Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Sethe
Messages : 14
Réputation : 2
Date d'inscription : 24/05/2017

Feuille de personnage
Grade: Héraut
Race: Elfes de la Nuit
Habilité principal: Discretion
http://jeu-de-role.fra.co

En cours Le sacre de Minuit

le Ven 2 Juin - 2:53
Réputation du message : 100% (1 vote)
[postbg=https://i.servimg.com/u/f58/19/70/28/55/bg110.jpg]


              La lune encore haute baignée la baie sous une étrange lueur, les anciens et les arthritiques  diraient que ce soir y aurait crime,… mais quelle nuit a baie du butin n’a eu son  lots de crimes ?

           Alors au bout du compte…, c’était une nuit comme les autres. Les marins se soûlaient à la taverne, et partout où le sol n’était pas encore souillé de gerbe. Les catins souriaient et complimentaient les plus sobres espérant sauver quelques pièces de la poche avide du tavernier. Les vieux radotaient, et les plus malins dormaient.

            Voici une nuit à baie du butin, vomie, jeux, et jambes en l’air. Si vous n’étiez qu’un simple touriste c’est tout ce que vous verriez...Et vous en sauriez fort chanceux... Car si vous y preniez garde, vous remarqueriez peut-être, d’étrange flaque entre celles de vomie, plus noirâtre, visqueuse et glissante, vous remarqueriez aussi peut être si vous êtes toujours sobre, que la catin qui vous enlace ne vous caresse pas que pour vous aider à réveiller votre virilité et vous donner cœur à l’ouvrage. Vous remarquerez aussi l’étrange manège à la gauche du bar près du tavernier, qui des fois changeait d’air presque sursautant a la vus d’un visage ou d’une voix qui ‘l’interpellait, pour le voir sitôt l’invité a passer une étrange porte dérobé derrière le bar et reprendre son service plus nerveux qu’auparavant.

             Si vous avez remarqué tous ces menus détails, alors un conseil, lâchez la catin, et sauvez-vous. Car on aime pas les curieux a la baie du butin.



          Ce soir Dongkine, le vieux tavernier n’était pas à son aise, faisant glissé les chopes les une après l’autre sur la rampe de son vieux bar graisseux, il avait l’étrange impression qu’il devrait peut-être lui aussi aller ce couché, et laisser la vielle kreapsine géré le reste ; après tout, ce soir y avait pas trop de monde, elle en a déjà vu des pires cette vieille bique. Le temps qu’il se décide et passe ses mains a son dos pour détacher le chiffon qui lui sert de tablier une voix ce fit entendre à ses oreilles. Une voix qu’il n’aurait jamais crue entendre de nouveau, grave, monocorde, calme, et morte…. Surtout une voix qu’il croyait morte à tout jamais.
-          Bonsoir dong… me dis pas que tu pars déjà ?

          Les mains figées derrières le dos le vieux gobelin tourna doucement la tête vers sa droite, et le vit, assis sur un tabouret, la même dégaine, le même visage, le même regard…. Accoudé a regardé discrètement autour de lui, a scruté les alentours d’un regard furtif, rapide, et précis.

-          Je te croyais mort
-          Pour le peut que ça change … ce que tu crois ou crois ou pas…
-          T’aurais pas due revenir vieux con… encore un peu, et eux aussi l’auraient cru.
-          Peut être
-          Peut-être mon cul… t’aurais pas due  revenir vieux con… vraiment, et maintenant quoi ? tu veux peut être que je t’ouvre ? tu veux y aller ? leur dire quoi ? … j’ai merdé ? pardon ? … t’aurai vraiment pas due revenir Grros con !

          L’Elfe sourit … tête penchée il regarda le gobelin par le bas, ce pinça les lever, veille habitude qui trahissaient son hésitation, puis montra un baril de niôle de la tête.

-          tu trinqueras bien avec moi avant non ?
-          les morts ne boivent pas, et trinquer avec ça porte malheur !  tu veux rentrer ? alors passe je t’ouvre, de toute manière, … je te croyais mort… alors, ce qui va ce passé la derrière ne bouleversera pas mon quotidien ! 
 
        Minuit sonna à la montre d’un gnome assis non loin, et la porte s’ouvrit puis ce referma dans un silence presque inquiétant, Dongkine jeta son tablier, tourna les talents, pris une bouteille de sous le bar, puis sorti, sans un mot ni un regard à sa veille peau de femme.

seul le jeune Mc cril, matelot a bord de la vierge des mers remarqua cette porte, ce demandant
dans un état de semi conscience ou elle pouvait bien mener .
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum